Les 5 étapes de l’amour et pourquoi nous sommes si nombreux à rester coincés à l’étape 3

couple

Pourquoi certaines relations se brisent-elles tandis que d’autres durent toute une vie ?

L’une des raisons est que les relations passent par 5 étapes. Lorsqu’on les comprend, on est mieux préparé pour traverser les étapes avec succès et ne pas rester « coincé » dans l’une d’elle, comme c’est souvent le cas pour la 3ème étape.

Inspiré du livre « Qui sont ces couples heureux » de Yvon DALLAIRE (N°3)

Toutes les étapes n’apparaissent pas nécessairement dans cet ordre mais les couples heureux les vivent toutes…

La lune de miel ou période passionnelle
La lutte pour le pouvoir ou période d’adaptation
Le partage du pouvoir ou période de stabilisation
L’engagement ou l’amour véritable
L’ouverture sur autrui ou comment servir d’exemple

Voici les 5 étapes de l’amour :

1. La lune de miel /Tomber amoureux.

On l’appelle parfois la phase de lune de miel. C’est lorsque tout est tellement incroyable. Vous apprenez à vous connaître, apprenez tous les moindres détails, et tombez amoureux un peu plus chaque jour. L’amour est grand. Chaque jour est exaltant. Être amoureux est vraiment la partie la plus facile.

La lune de miel, comprenez « séduction », comporte également 5 étapes déclinées ci-dessous en « actes ».

L’intention de la séduction est d’attirer l’attention de l’autre et d’en prendre le « contrôle émotionnel » pour en obtenir les faveurs !

Les relations intimes ne sont qu’une petite partie de ces faveurs, on y retrouve également le besoin de partager, le point de la solitude, le manque affectif, l’envie de construire…, qui sont également des faveurs attendues d’un partenaire.

Premier acte : L’attirance

C’est aussi bien une question d’hormones (phéromones) que de visuel. Qu’on le veuille ou non, toute personne rencontrée suscite en nous, une réaction sympathie-antipathie ou attirance-répulsion.

« La femme se montre attirante et gage de plaisirs innombrables, sachant consciemment ou non que l’homme sélectionne la femme selon son apparence physique, du moins au début. L’homme montre plutôt sa richesse, son statut et sa force, sachant consciemment ou non que la puissance est le premier aphrodisiaque de la femme, du moins au début. »

Les femmes provoquent, les hommes paradent.

Deuxième acte : Les regards et les sourires

Ne dit-on pas que les nouveaux amoureux se « dévorent des yeux » et qu’ils sont seuls au monde, même parmi la foule ? Le regard est l’instrument de séduction humain le plus efficace.

Si le regard intrusif et intéressé d’un homme rencontre le regard réceptif et intéressé d’une femme, il se produit alors le désir…

Troisième acte : La conversation

La communication est faite de langage corporel à 55 % et d’intonation vocale à 38 %. Le sens des mots ne pèse que 7 % dans cette balance. Nul besoin donc d’être compliqué. Rester soi-même est, et restera, la meilleure façon de rentrer en relation. Alors entrez en relation avec cette simple intention de savoir qui est l’autre, et laissez faire, ou plutôt, laissez « être »

Quatrième acte : Le contact physique

Le contact physique intervient naturellement dans une conversation qui se passe bien et dans laquelle les deux interlocuteurs sont en accord. Ces échanges de contact successifs sonnent très souvent comme la capacité et la possibilité d’aller plus loin. Nous le faisons intuitivement.

Cinquième acte : La danse de l’amour

Cette danse de l’amour récapitule cette première période de la « lune de miel ».

Les deux amants ne se connaissent pas encore et incertains de l’amour que l’autre éprouve pour soi, ils se montrent sur leur plus beau jour…

Cette période, plus fusionnelle et plus passionnelle n’est donc pas encore de l’amour. C’est une période de bonne entente pendant laquelle les deux partenaires s’apprivoisent.

Le plaisir intime lui, arrive plus rapidement chez les plus fusionnels, et est plus lent chez les célibataires bien dans leur peau, plus autonomes, et à la recherche non pas d’aventures successives, mais d’une relation stable.

Les passionnés, fusionnels vont de coup de foudre en coup de foudre; les membres d’un futur couple heureux cherchent à savoir à qui ils ont affaire avant de « tomber» réellement en amour.

Pendant cette période, et tant que les partenaires ne seront pas rassurés sur le fait d’avoir séduit, ils se conduiront comme si l’autre était un invité « spécial » en mettant systématiquement les petits plats dans les grands.

2. La lutte pour le pouvoir / Être un couple.

Pendant cette période de lune de miel, les partenaires ne sont donc pas véritablement amoureux. Ils sont amoureux de la sensation de complétude que l’autre lui procure…

Après être tombé amoureux, les choses se calment un peu. Vous commencez à devenir un peu plus casanier. Vous vous êtes probablement engagé dans une monogamie à ce stade et avez désactivé votre compte Tinder. C’est la partie où vous construisez une vie ensemble, et voici un secret :

Ça peut être aussi amusant que vous le voulez.

Cette première phase de lune de miel a un effet de minimisation des défauts de l’autre nécessaire à l’engagement de départ et au commencement d’une relation.Mais elle n’est pas faite pour durer et plus ou moins rapidement en fonction des profils, la véritable nature revient. Cette étape de « différentiation » est d’autant plus délicate pour les plus « dépendants affectifs ». Le vide existentiel en chacun d’entre nous, temporairement comblé par l’autre pendant cette période de fusion, ne peut que refaire surface au fil du temps.

Le couple à ce moment-là n’a pas de problème particulier mais la présence du ressenti de ce vide chez les partenaires non autonomes est difficile. Sans « hauteur », sans « intelligence émotionnelle », ils s’accuseront de ne plus se donner d’attention, ils s’accuseront d’être le responsable de ce vide en eux. Ce sera la crise et potentiellement la rupture pour les plus fusionnels et les moins « conscients » de ce mécanisme.

Ceux-là iront fusionner ailleurs, avec un(e) autre partenaire et répéteront cette situation jusqu’à ce qu’ils comprennent que le couple n’est pas la source de cette douleur mais que cette douleur est une « non acceptation » du vide déjà présent en la personne qui cherche inlassablement à le combler par l’autre.

C’est en cela que le couple est également utile, il nous permet de mettre en lumière nos vides, nos blessures, nos peurs. C’est un outil de croissance très efficace.

Dans « la lutte pour le pouvoir », c’est « l’autonomie affective » l’enjeu. C’est de passer de la fusion à l’amour, c’est de passer de cet état de fusion à cet état de différenciation. C’est comprendre que l’autre n’est pas nécessairement la source de la souffrance. C’est apprendre à se regarder de l’intérieur.

C’est obligatoirement un travail sur soi. Les plus réfractaires cumuleront les relations pour ne pas ressentir et ne pas aller dans leurs peurs, les autres feront le chemin et passeront l’étape suivante. Seulement 20% des couples passeront à l’étape 3 !

Construire cette vie peut être banal et ennuyeux ou cela peut être excitant et amusant. C’est vraiment vous qui choisissez. Mais parfois, nous nous retrouvons à l’étape 3.

3. Le partage du pouvoir/ La désillusion.

La phase passionnelle permet à deux personnes généralement étrangères l’une à l’autre d’être attirées l’une envers l’autre.

C’est l’étape où la plupart des relations finissent. Cela peut venir lentement ou soudainement. Pendant cette troisième étape, nous pouvons être en colère ou nous retirer lorsqu’on se sent blessé. On peut se sentir pris au piège dans la relation. Vous ne voulez pas abandonner, mais vous vous retrouvez toujours à faire des choses que vous ne pensiez jamais faire.

Peut-être que le compte Tinder sera réactivé pendant une journée. Peut-être que votre regard se tournera sur l’un de vos collègues. Mais la façon donc vous gérez cette étape est vraiment déterminante pour le reste de votre vie ensemble. Il faut travailler pour être la meilleure personne possible pour votre partenaire. Que choisirez-vous ?

La lutte pour le pouvoir, phase consécutive et inévitable, permet aux deux partenaires de découvrir « qui » est réellement la personne dont ils sont devenus amoureux et, par le fait même, de mieux découvrir leur propre besoin de fusion et de contrôle et de dépendance affective.

Cette troisième phase demande vraisemblablement plus de conscience sur soi.

C’est une association de deux personnes, incomplètes et imparfaites qui décident de donner leur pouvoir au « nous » (toi + moi) qu’elles forment ensemble pour se faire grandir mutuellement.

Chacune d’entre elle a pour se faire un regard sur elle-même, sur ses failles, ses défauts et ne cherche pas à les combler par son partenaire. Au contraire, chacune des ces deux personnes utilise leur couple comme moyen de grandir, comme moyen de comprendre et d’apprendre sur elle de part les situations qu’elles vivent ensemble. C’est une croissance par « résonance ».

Les partenaires de couple heureux ne sont pas fusionnels. Ils partagent des moments leur permettant de combler leurs besoins grâce au couple, dont des moments de fusion, mais tout en étant individualisés et autonomes. C’est une danse…

Ces couples se disputeront bien sûr mais utiliseront ces disputes pour travailler sur elles, grandir et s’aimer davantage.

4. L’engagement ou l’amour véritable

L’amour véritable est donc la contribution de chaque membre du couple dans et au travers d’une troisième entité qu’est le couple pour permettre une croissance respective et commune à la fois.

Si vous avez surmonté la désillusion, la quatrième étape durera. En faisant face aux problèmes majeurs dans votre relation, vous construisez une base pour le reste de votre vie ensemble. Les blessures se cicatrisent, les alliances sont reconstruites, et le véritable amour fleurit.

Le « je t’aime » un peu cannibale de la première phase passe par le « je t’aime » imprégné du « je te déteste » de la lutte pour le pouvoir pour progressivement aller dans un « je t’aime » plus réaliste car moins empreint d’illusion et d’idolâtrie pour enfin finir dans un « je t’aime » sous-entendant un « je nous aime ». C’est-à-dire j’aime la personne que je suis en train de devenir à tes côtés, j’aime ce que nous construisons ensemble.

C’est ici que la notion d’Essence, est présente au quotidien. C’est-à-dire qu’une relation stable et épanouissante permet à ses membres de se sentir bien, pleinement libre de s’exprimer et d’être ce qu’il est. En sommes, c’est uniquement au travers de cette compréhension que le bonheur peut apparaître dans un couple.
5. L’ouverture sur autrui ou comment servir d’exemple

Ce sont ces couples qui nous prouvent que le bonheur à deux est possible et qu’il dure. Ce sont ces couples qui ont traversé des épreuves tout en les utilisant pour grandir et se faire grandir. Ce sont ces couples enviés, qui semblent sereins, paisibles et qui nous donnent envie de leur ressembler.

« Les membres des couples heureux ont décidé d’être heureux plutôt que de chercher à avoir raison sur l’autre. »

Les 5 étapes de l’amour : Conclusion

Un couple heureux est la conséquence de deux personnes indépendantes affectivement parlant. Non pas parfaites, ni même ayant « réglé » tous ses problèmes, mais conscientes de ceux-ci.

Elles ne cherchent pas à fuir ou à compenser leurs blessures au travers de l’autre, ce qui créerait aussi un déséquilibre tragique.

Ce sont des personnes conscientes de qui elles sont de ce qu’elles veulent vivre mais surtout “ressentir“ dans leur couple. Ce sont des personnes heureuses seules AVANT-MÊME d’être heureuses à deux.

Elles savent également que le couple n’est pas là pour solutionner leurs problèmes mais qu’elles auront l’opportunité de travailler sur ces problèmes au sein de celui-ci.

http://www.yvondallaire.com/livres/couples-heureux-surmonter-crises-conflits-couple/

52 commentaires

  • Bonjour,

    Je ne me retrouve pas dans la première étape. Je n’ai jamais connu la passion au début. Je suis toujours en train de chercher à savoir qui j’ai en face. Je veux construire quelque chose et me projeter dans le futur, avoir un avenir à envisager avec l’autre.

    J’ai toujours été en décalage avec mes ex-copines. J’ai toujours apporté un côté trop sérieux aux débuts de mes relations, avec cette manie de trop réfléchir, d’envisager l’avenir et de trouver une partenaire avec laquelle il sera possible de s’épanouir seuls à deux.

    Pour moi la passion nait avec le temps. Et d’ailleurs ce n’est même pas la passion mais simplement un amour sincère et réaliste qui dit « je nous aime » comme c’est dit dans le post.

    En gros, je vis ces mêmes étapes sans passer par la première.

    C’est probablement dû au fait que je réfléchis beaucoup trop, que je suis hypersensible et que je suis souvent anxieux. Je suis un peu obligé de me trouver une partenaire stable et mature sur le plan amoureux.

    Mais, quelque part je crains que cela revienne à sauter des étapes nécessaires à la construction d’une relation. N’est-ce pas nier des choses que de passer d’emblée à l’étape 2 ? Je déteste tellement cette période où on fait semblant de tolérer, où on considère l’autre comme un « invité spécial » et où on en fait des caisses. Je trouve que c’est une perte de temps et d’énergie à être autre chose que soi même. Dans tous les cas le masque devra tomber, qu’on fuit la réalité ou non. Pourquoi donc faire l’enfant à rester dans cet état immature de passion aveugle ?

  • sujet intéressant mais a aucun moment il n’est fait mention de ‘timing’ …
    combien de temps dure chaque étape ? ou du moins ce que cela devrait durer ….
    quelqu’un peut le dire ?

  • J’ai lu ce texte et ce qui y est écrit est tellement prenant que les fautes sont passées inaperçues. C’est vrai que pour moi le fond est plus important que la forme. Mais la réforme de l’orthographe va remédier à ces erreurs… 😉 Courage aux puristes qui ne voient que la forme! Ils doivent avoir du mal à aller au fond des choses… MDR

    • Le sujet est plus important que les fautes, heueusement !

    • Les fautes ne sont pas passées inaperçues malheureusement. Ce texte est relativement creux et totalement non différenciant. Aucune séquence de temps ne vient l’étayer. Il serait bien de mettre en exergue les périodes ou âges auxquels les couples se séparent. Il existe quantités d’études sur le sujet qui est tres documenté.

    • c’est pas une dictée ici !! Décrochez unpeu vous etes tannant avec ca !!!!!!

  • En France nous sommes issus d’un système d’élite intellectuelle où seuls les hommes d’Eglise et la noblesse avaient la chance de maîtriser l’écriture. Celui qui ne maîtrisait pas la langue était jugé inférieur, subalterne, bon à obéir mais pas à penser. En attendant qu’évoluent les mentalités, il est parfois efficace de corriger ses écrits pour rassurer le lecteur sur notre crédibilité. On peut aussi choisir de faire évoluer les mentalités …
    Merci pour la pertinence de ce résumé qui, je trouve, aide à se situer dans la relation amoureuse.

  • C’est cool

  • Les amoureux de la vie et ceux du français bien’  » écrit » lol. C ‘est avant tout la teneur de l’écrit et les vérités et émotions qu’il provoque qui font son charme et sa vérité interpelante. Qu’il soit rédigé en phonétique, en language SMS ou autre… L’important c est de piger et de s’y retrouver . car en effet il m’a l’air très réaliste et proche de la vérité. Un petit bijoux. J’y crois mais est-ce vrai après tout…? J’aime le croire. Haha

  • Tout à fait exact
    Nous avons passé tous les niveaux ensemble mais la vie en a décidé autrement le 9 juillet 2015 arrêtant ainsi 24 années de hauts et de bas mais d’Amour

  • C’est pertinent… J’aime bien.

  • C’est intéressant, cependant plein de stéréotypes. Le rôle et la manière d’être de l’Homme et de la Femme dans le couple ne sont pas aussi clair que ça (« les femmes provoquent, les homme paradent »). Dire que les futurs membres d’un couple heureux prennent forcément leur temps est aussi un gros raccourci. Il en va de même pour la dépendance affective. Je pense que même avec de la dépendance affective, un couple peut passer la deuxième et même la troisième phase. Ce sera seulement un peu plus laborieux et un peu moins stable. Mais l’amour véritable peut être là en même temps que la dépendance affective.
    Bref intéressant mais réducteur. L’amour est mille fois plus complexe et varié que ce qui est présenté ici.

  • Ce n’est vraiment pas la forme qui va, ici, nous empêcher de progresser, mais le fond qui va nous aider à traverser ces fameuses étapes pour réussir à former un heureux couple durable ! Laissons de côté notre jugement de la forme qui, pendant que nous nous y accrochons, nous permet de se distraire du drastique qu’est le fond.

  • Il y a plus de lecons a tirer dans ce texte.

  • C est très intéressant . Tout ceci nous apprend à mieux vivre jos relations. Je suis encore à la première etape et j espère qu au travers de cette enseignement j arriverai a bravé l ensemble ees étapes.

  • il y a des fautes peut être, je ne l’ai pas encore lu!
    et si j’y suis sensible aussi, au fond, de vos compagnons ou compagnes, que voyez vous le plus les fautes ou les qualités? êtes vous capables de reconnaître les qualités simplement et d’aimer?

    ça crains vos remarques négatives!

    • phote, fote, fôte, phaute, fautte, et alors !!!! c’est ce que rétien votre cerveau en premier ???, c’est cela qui vous vient en premier a l’esprit ???, et qui, pour vous, dérange et rends illisible un texte…..la forme, la mode, le visible sont vos critères et cela vous rends ségrégationniste….alors que le fond, pour vous, est secondaire. Restez derrière, taisez vous donc, ici, pour sentir la profondeur de l’amour, il vas vous falloir faire des efforts en « ouvertures ».

  • Je cherche encore la 5e étape….hihihi mais je lis et relis tellement j’adore!!!

  • La qualité du texte fait largement oublier les fautes signalées dans les divers commentaires… Ne vaut-il pas mieux exprimer des vérités avec une orthographe un peu fantaisiste qu’écrire un tissu de mensonges avec les bonnes lettres ? non mais franchement !

  • En tout cas, pour revenir au texte – qui en passant me donne le goût de lire le bouquin en entier « Qui sont ces couples heureux » de Yvon DALLAIRE – je le trouve très simple et très juste. Chez nous, nous venons de traverser une big crise qui a duré près de deux ans, deux années durant lesquelles nombre de couples se seraient séparés. Je me reconnais à travers ce que vous dites. il a fallu, un moment donné, lâcher ces lieux communs que sont les « oui mais moi » et « non mais c’que j’te dis » pour faire un travail sur soi, un travail d’écoute de l’autre, un travail de lâcher prise le premier, un travail de revenir vers l’autre pour demander pardon de l’avoir tellement blessé, un travail pour développer son empathie, un travail sur son ego, son narcissisme, son orgueil, son égoïsme … beaucoup de travail, mais toujours à deux, en parallèle, avec une seule conviction malgré la tempête : JE T’AIME et JE VEUX T’AIMER ENCORE.

  • Très interessant , merci pour le partage.
    À la fin de l article vous dites que : » Ce sont des personnes heureuses seules AVANT-MÊME d’être heureuses à deux »
    J’aimerai savoir pour ces personnes, quelles seraient leurs raisons de s’engager dans des relations ??

    • Certainement pas la recherche du bonheur, ce qu’elles ont déjà.
      Les raisons pour lesquelles deux personnes déjà heureuses pourraient choisir de s’engager dans une relation est justement et uniquement ce qui fera que cette relation pourra être durable : une réelle attirante pour tout ce que représente l’autre (physique, mode de vie, intellect, ses défauts…) et l’envie de construire à deux un couple qui ira bien au-delà de ce qu’ils auraient pu faire seuls.

  • s’il y a des fautes, je ne les ai pas vues. Merci pour ce partage 🙂

  • merci à toutes ces personnes critiques… la critique est le reflet de votre intériorité.. je leurs souhaite de parvenir a ne voir que le bon … merci à la personne qui nous offre ce partage et sa connaissance.. tout cela est très riche…le reste n’a aucune importance…merci pour ce cadeau…

  • Texte qui porte à la réflexion !

  • Un mot très important a été oublié dans tout ce texte et est l’une des principales raisons du succès d’un couple: LE RESPECT de l’autre. Pensez-y!!!!!!

  • Excellent résumé des 5 étapes. Pour en savoir davantage :
    yvondallaire.com

  • Tout ca c’est très bien effectivement mais lorsque les 5 étapes sont franchies sans trop de difficultés, reste à rester en harmonie et à grandir ensemble sur des chemins différents mais parallèles…ce qui est encore moins évident…

  • Très bon article… Pour ma part, les fautes étaient imperceptibles tellement le texte avait du sens. Je ne comprends pas bien ce que cette remarque sur l’orthographe vient apporter à l’article. Est-ce un moyen de rabaisser l’auteur donc une façon de se placer comme supérieur ? Donc peu de chance de passer au-delà de l’étape 3 avec une telle façon d’aborder la vie !

    • Parfaitement d ‘accord…. pas d ‘étape 4 pour eux !

    • C’est juste que quand on publie un article, c’est quand même un minimum de vérifier son orthographe !! avant ça n’existait pas

    • Avant la publication d’un article quel qu’il soit, il faut le relire. C’est tout simplement une question de respect du lecteur.

      • non mais faut-tu être anal pour proclamer des choses comme par respect du lecteur…franchement! je me fous bien des fautes…c’est ce qui est livré qui me préoccupe pas de savoir si la personne qui a écrit ceci à son université en français.

    • Je suis tellement dacore avec vous, ceux qui se font envahirent par le français quittent l’essence même de ce texte magnifique! Bravo!

    • Oh que c’est juste j’allais justement poser la question…et c’est tout ce qui vous a marqué dans le texte? Mdr!

    • Un texte devrais être comme un cadeaux…. l important ces l essence même du cadeaux pas l emballage moi ce texte ma aider à comprendre bien des choses. Hé oui je fais plein de faute et je suis tout de même une très bonne personne 🙂

    • Effectivement! Enfin un commentaire constructif et positif… La critique dans certains contexts est destructive, même en couple. Bonne réflexion Sève. 🙂

    • Pour faire suite à ce que dit Sève à la fin de son commentaire, je suis tout à fait d’accord. Pour ma part, j’ai trouvé ce texte très intéressant. Si les fautes d’orthographe dérangent certains, se peut-il au fond que ce ne soit qu’un prétexte ? Il se peut bien que le contenu produise quelque résonance chez eux et qu’en raison d’un égo très gros, ils refusent de le reconnaître et de s’interroger sur eux-mêmes.

  • Et bien vérifiez mieux. Par exemple juste avant le point 4, on écrit « bien sûr » et pas « bien-sûr », et « ces disputes » et pas « ces disputent ». Et il y en a d’autres.

  • Je suis désolée, mais il y a effectivement plusieurs fautes d’orthographe et d’accord dans ce texte.

    • Vous avez raison, il y en a.

      • Drôle comment les français sont puriste…On embauche pas un psychologue pour ses qualités en redaction dans la langue de Molière. Prenez la peine de vous auto-corriger. Y’en a parmis vous qui certes ne devrais pas commenter.

        • Ce n’est pas être puriste. Dans n’importe quelle circonstance les fautes d’orthographe tendent à décrédibiliser un texte, une explication… Et il n’est pas très compliqué de trouver des relecteurs !

  • Intéressant… Dommage que ce soit truffé de fautes d’orthographe… ça rend tout ça moins crédible.

    • Ho oui…Il y a beaucoup de fautes!!! Moi aussi ça rendait ma lecture plus distraite…Vous devriez faire corriger par un correcteur ou une correctrice de métier…pas un logiciel
      Sinon, excellent texte! Très intéressant…Et pertinent dans le monde actuel de consommation dans lequel nous vivons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *