La trinité créatrice

triniteSalutations à tous,

Me revoilà aujourd’hui pour partager avec vous des clés de manifestation qu’il m’a été donné de comprendre sur mon propre chemin de vie. En cette période pascale, je ressens l’élan profond de vous présenter ces éclairages, afin de participer à ma manière à aider les gens autour de moi (et via le site Internet) à retrouver davantage de leur pouvoir de création.

Au niveau des défis que nous vivons dans l’incarnation et des objectifs que nous nous fixons pour les transformer et améliorer notre vie, «retrouver son pouvoir de création» demeure au cœur des préoccupations de chacun. Ne serait-ce que pour créer dans sa vie les conditions idéales afin d’expérimenter concrètement son idéal amoureux (en nous et autour de nous).

Créer sa vie
Le pouvoir de créer sa vie à l’image de ses plus grands idéaux est l’ultime concrétisation d’une vie, car il représente l’amour en mouvement, ce que certains nomment le «Verbe créateur». C’est l’énergie qui se cache derrière toute chose visible et invisible. L’amour deviendra alors matière à travers nous, et c’est l’expérience que nous recherchons tous, consciemment ou inconsciemment.

Sur le parcours vers la maîtrise, chacun recherche la joie profonde. Et c’est précisément cette énergie «amour» qui circule en nous qui l’apportera. Tout le reste est illusoire et impermanent, car il est extérieur à nous.

De l’intérieur vers l’extérieur
Pour manifester cette énergie créatrice dans la matière, il faut d’abord comprendre qu’elle part de nous, de l’intérieur vers l’extérieur. Ce n’est pas une énergie qui transite à travers nous, elle provient de nous. Elle fait partie de ce que nous sommes, comme le sang qui coule dans nos veines.

Je vois souvent des gens chercher à s’ancrer à la terre quand ils souhaitent créer leurs idéaux. Mais l’énergie créatrice prend sa source au cœur de notre être, au niveau du Hara (centre d’énergie situé sous le nombril). C’est de là qu’émergent toutes nos créations. Il est certes important d’être bien dans son corps pour créer, et pour ce faire, l’union à l’énergie de la Terre est plus que souhaitée. Mais une fois bien ancré à son corps, il faut oublier les racines et se concentrer sur son essence intérieure.

S’enraciner
Si vous voulez vous assurer d’être bien enraciné dans votre corps physique, imaginez un mouvement circulaire en forme de 8 qui unit votre Hara au soleil du centre de la Terre. Imaginez que le sommet du 8 touche à votre Hara et la base est reliée au soleil de la Terre. Imaginez ensuite le point de jonction du 8 (l’intersection au centre) localisé à vos pieds. Déposez cette forme géométrique sur votre corps dans un mouvement continu et circulaire, et maintenez-la en place quelques instants, jusqu’à ce que vous ressentiez bien le bas de votre corps.

Rappelez-vous qu’il est impossible d’être trop dans son corps. On peut l’être un peu, pas du tout, beaucoup ou totalement, mais jamais trop. Le Maître est celui qui a amené la totalité de ce qu’il est dans le corps physique. C’est le but de l’incarnation.

Le centre de l’Univers
Donc une fois bien enraciné dans son corps, je propose d’oublier les ancrages et d’imaginer plutôt que nous devenons le centre de l’Univers, le temps de vivre l’expérience créatrice. Cette recommandation pourrait suggérer une forme de nombrilisme, mais au contraire, elle reconnait plutôt la souveraineté de chaque Être, puisque chacun est responsable de créer sa vie à son image. En d’autres termes, personne ne peut nous sauver, nous nous sauvons nous-mêmes.

Lorsque tous les humains auront compris ce principe, tous auront envie de participer à la société qui les entoure en offrant aux autres le meilleur de ce qu’ils découvriront d’eux. Lorsque chacun reconnaît qu’il est le centre de son propre univers, il comprend qu’il ne peut rien attendre de l’extérieur. Tout doit d’abord être autorisé et imaginé à l’intérieur, avant de prendre forme concrètement dans la matière.

L’Âme et l’Esprit
Comprenons maintenant le rôle que les dimensions Âme et Esprit jouent dans la création. L’Âme est associée à l’énergie créatrice en nous, l’amour, et l’Esprit est la dimension consciente de cette énergie de vie. C’est lui qui oriente l’énergie dans la direction de nos plus grands idéaux. À la lumière de cet exposé, nous pourrions imaginer que l’Âme et l’Esprit dirigent notre vie et que nous n’avons qu’à nous abandonner à leur volonté pour vivre notre idéal. Et pourtant, ils ne peuvent rien faire sans notre participation concrète.

L’Âme et l’Esprit cherchent à s’ancrer dans le corps physique avec toujours plus d’intensité. Tel que mentionné, cela est précisément le but de notre parcours terrestre, soit «amener sur terre la totalité de ce que nous sommes». Nous pourrions donc imaginer que l’Âme et l’Esprit s’occupent du chemin et nous ouvrent la voie. Mais en vérité, leur rôle n’est pas de décider à notre place, ils cherchent plutôt à éveiller en nous la vérité de ce que nous sommes, afin de nous amener à vivre notre vie humaine à l’image de ce que nous découvrons de nous-mêmes. Ils cherchent à nous amener à faire des choix toujours plus éclairés, pour que nous puissions extérioriser dans la matière ce que nous sommes et créer nos plus grands idéaux.

Laisser circuler
Pendant l’exercice de création, le but est de laisser circuler l’énergie «amour» dans notre corps physique. C’est d’ailleurs une expérience très enivrante, car ce mouvement s’accompagne d’une énergie de vie porteuse de joie profonde. Qui plus est, nous créons alors un pont interdimensionnel qui permet à l’amour de prendre concrètement forme dans la matière. C’est donc à travers notre corps physique que l’énergie de l’Univers peut rejoindre la matière.

Que nous le voulions ou non, nous sommes tous des «ponts vibratoires» qui permettent à la lumière de Vie de s’ancrer sur Terre. Et plus nous le faisons consciemment, plus nous accomplissons la «Volonté de Dieu», soit celle de découvrir qui nous sommes et de le matérialiser concrètement dans notre vie. Voilà ce qu’est la véritable «Volonté de Dieu». Elle n’est pas extérieure à nous, elle représente notre plus grand idéal concrètement réalisé.

Le début de la création
Revenons maintenant à l’énergie du Hara, d’où débute la création. Permettez-moi de vous présenter une «technique», tout en sachant qu’il en existe tout autant qu’il y a d’individus sur Terre. Mais comme je vous partage mon expérience personnelle via cet écrit, je vous présente ma propre vision du processus créateur.

Une fois vous être assuré d’être bien dans votre corps via vos ancrages, la première étape consiste à dynamiser l’énergie de votre pouvoir, votre Hara, par une respiration profonde soutenue. Imaginez qu’un soleil se trouve à la base de votre ventre, sous le nombril, et que vous le stimulez par la respiration. Une légère pause après l’inspiration peut faciliter l’amplification de l’énergie au Hara, un peu comme si l’air absorbé venait irriguer cette région de votre corps.

Lorsque vous sentez la présence de ce «soleil» en vous, laissez monter cette énergie jusqu’au Cœur. Si vous ne ressentez pas l’énergie du Hara, vous pouvez l’imaginer. Le processus fonctionnera tout de même, dans la mesure où vous êtes bien enraciné.

En laissant l’énergie du Hara s’unir au cœur, vous lui donnez une dimension «sensible à l’autre». Tout comme le marteau, le pouvoir peut détruire ou construire. Quand il s’unit au Cœur, il s’unit à la vie autour. Il tient compte de l’autre et les créations auront alors une dimension amoureuse.

Vers le 3e œil
Lorsque le Hara et le Cœur sont unis, l’invitation est de laisser ensuite monter cette énergie jusqu’au 3 e œil, représentant l’énergie de la conscience. C’est le pouvoir qui s’associe ainsi à l’amour et à la conscience, à l’image de l’Âme et de l’Esprit réunis dans l’amour. Cette trinité ainsi rassemblée est la matrice de base qui dynamise le processus de création.

Lorsque les 3 centres énergétiques sont bien «allumés et unis», l’invitation est d’imaginer ensuite qu’à partir de l’énergie du Cœur, qui contient déjà l’énergie du pouvoir de notre Hara, nous projetons vers l’extérieur, à environ 1 mètre devant, un écran holographique représentant une page blanche où chacune des créations à venir peut simultanément exister. Cet écran représente tous les futurs potentiels de l’Univers. C’est l’énergie du «point zéro absolu», porteuse de vie pour toutes les créations jamais imaginées. C’est la matière première de l’Univers, la glaise universelle que le sculpteur pourra utiliser.

La projection
Lorsque cette forme holographique a pris forme devant, ressentie ou imaginée intérieurement, l’invitation est de projeter sur cet écran, à partir du 3 e œil, une représentation de ce que nous souhaitons créer concrètement dans notre vie. Et en y ajoutant les émotions ressenties comme si nous vivions déjà l’expérience projetée, nous donnons encore plus de force à notre création.

Lorsque cet agencement d’intention et d’énergie créatrice est maintenu intérieurement en place pendant un minimum de 17 secondes, il est alors «entendu» dans l’Univers [ce chiffre provient des enseignements d’Abraham – mon expérience m’a démontré qu’il était juste – vous pouvez d’ailleurs lire un message d’Abraham traduit sur mon site via ce lien: http://www.psychologiedelame.com/message-05-06-08-abraham.html – ces enseignements ont inspirés le fameux livre « Le secret »]. Celui-ci reçoit alors la commande de lui donner concrètement forme dans la matière. Et il n’est pas nécessaire d’insister davantage, 17 secondes ou 8h ne changeront rien à l’intention créatrice. Une fois qu’elle est «reçue» dans l’Univers, elle prend aussitôt le chemin de la matérialisation à travers le temps et l’espace. Vous pouvez bien sûr prolonger un peu l’expérience au-delà des 17 secondes pour vous assurer qu’elle soit bien reçue. Mais après la démarche créatrice, il n’est plus nécessaire d’y revenir.

Je suggère souvent aux gens qui souhaitent insister «au cas où ça n’aurait pas fonctionné» d’imaginer plutôt leur création comme un feu de camp. Quand ils pensent à leurs intentions, ils revivent le processus proposé en imaginant qu’ils ajoutent une bûche au feu, au lieu d’en rallumer un autre au cas où le premier n’aurait pas bien brûlé. C’est une nuance importante dans le processus, car au lieu de nourrir une forme d’impuissance ou d’incertitude, elle renforce la conviction créatrice.

La visualisation
Contrairement à la visualisation qui ne sollicite que le 3 e œil, cette démarche créatrice effectuée à partir de la trinité réunie représente l’énergie de vie en mouvement. En terme énergétique, son impact dans l’Univers est beaucoup plus grand qu’une simple imagerie mentale projetée à l’extérieur, car c’est une pensée fécondée par la lumière de Vie de nos entrailles.

Pour se matérialiser, la visualisation doit se faire insistante, car elle porte peu d’énergie créatrice. Mais lorsqu’elle est combinée à l’énergie du Hara et de l’amour, elle devient «pure commande divine». Dans sa créativité infinie, l’Univers la reçoit alors comme un signal puissant qu’il est invité à manifester pour servir la vie sur Terre.

Une comparaison
J’ai été invité à mesurer le potentiel énergétique de la visualisation versus l’approche de la trinité créatrice que je vous décris (approche que je n’ai évidemment pas inventée, je vous la présente simplement dans mes propres mots). J’ai pu constater qu’une visualisation vibre à environ 4/10 en termes d’intensité, alors que l’approche que je vous présente vibre à 10/10. La différence réside au niveau de l’ensemencement de la pensée créatrice. Celle-ci devient alors féconde et porteuse de vie.

J’ai lu des techniques de visualisation qui proposaient des processus de manifestation assez longs du genre «3 fois par jour pendant 21 jours». Cela pourra fonctionner, mais s’il fallait vraiment imaginer ses créations pendant aussi longtemps pour qu’elles se manifestent, le Maître Jésus n’aurait jamais pu multiplier le pain devant la foule.

C’est l’intensité du signal émis qui rend possible la manifestation, et non l’acharnement. Et pour moi, la différence réside au niveau du germe créateur qui émane de nos entrailles. C’est l’énergie de notre pouvoir en action.

Les saboteurs
De plus, avec la visualisation, les pensées saboteures viennent aussi beaucoup plus facilement contrecarrer les créations, car elles vibrent elles aussi à un rythme d’environ 3/10 (versus 4/10 pour l’intention visualisée). Lorsque les doutes s’installent, si la personne n’y est pas attentive, elle aura l’impression qu’elle doit redoubler d’efforts pour les annuler en insistant encore plus sur ce qu’elle veut.

Et les pensées seront émises à la manière d’une embarcation dont les rameurs ne sont pas orientés dans la même direction. L’on voudra avancer avec plus de détermination pour annuler les efforts de ceux qui souhaitent reculer. Les 21 jours seront alors requis pour vraiment faire le contrepoids. Et pourtant, rien n’est plus naturel que de créer son idéal dans la matière. Tout en nous nous pousse dans cette direction. C’est comme si quelqu’un se forçait à respirer, alors que c’est si naturel.

À chaque instant, tous les êtres humains créent par leurs pensées conscientes et inconscientes. Que nous le voulions ou non, nous sommes tous des créateurs. Mais quand nous orientons nos choix consciemment avec intensité et vitalité, nous nous approchons de la maîtrise. Et nous devenons aussi un modèle pour tous ceux et celles qui cherchent à retrouver leur pouvoir créateur.

Les éclaireurs
J’aimerais maintenant vous parler de ce que je nomme les éclaireurs. Tel que déjà discuté dans le précédent message [Illusion et création – http://www.psychologiedelame.com/message-22-02-14.html], plusieurs personnes hésitent à créer leur vie de peur de se tromper. «Mais si jamais je n’aime pas cela, je préfère plutôt attendre que les choses se précisent en moi et après je choisirai de créer». Mais l’approche créatrice ne fera pas en sorte d’emprisonner les gens dans des formes insatisfaisantes, au contraire.

Un jour, alors que j’envisageais plusieurs avenues potentielles pour orienter ma carrière, un Maître m’a proposé d’imaginer et de me permettre de rêver tous les scénarios possibles. Il m’invitait à me les approprier tous, comme si chacun d’eux devenait ma réalité.

Au départ, j’ai eu peur de m’éparpiller, mais dès que j’ai débuté l’exercice d’imaginer et de ressentir tous les scénarios possibles, j’ai perçu des éléments qui se précisaient en moi. Le matin en me levant, des scénarios qui étaient plausibles la veille se révélaient tout à coup totalement inintéressants. Je n’ai pas compris ce qui se passait à ce moment, mais les éléments se sont graduellement précisés, jusqu’à ce qu’un chemin de vie se trace pour moi.

Réalités parallèles
Avec le recul, j’ai réalisé qu’à chaque fois que je me permettais de rêver un scénario, j’envoyais une forme d’éclaireur (c’est le nom que je leur ai donné) vivre l’expérience que je me permettais d’envisager. C’est comme si j’ouvrais une réalité parallèle où un aspect de moi allait concrètement vivre l’aventure projetée.

Ce qui se produisit par la suite m’a réellement étonnée. Ces «aspects de moi» revenaient me «raconter leur expérience» dans ma nuit (ou à d’autres moments que je n’avais pas conscience) et sans vraiment comprendre ce qui se passaient, je commençais à ressentir avec plus de clarté ce que je voulais faire et ce que je ne souhaite plus entreprendre.

Cela a été une grande révélation pour moi. J’ai réalisé qu’à travers mon inconscient, l’Univers me faisait réellement vivre les expériences rêvées sur des plans parallèles et je pouvais par la suite mieux ressentir lesquelles j’avais vraiment envie de manifester sur Terre et celles que je ne souhaitais pas vivre. Au lieu de m’emprisonner dans des scénarios insécurisants qui risqueraient de me faire vivre des expériences qui me rendraient malheureux, mes projections créatrices ont plutôt eu l’effet de m’aider à préciser mes choix, sans avoir à vivre les aventures moins stimulantes. Quelle découverte cela a été !

Un travail d’équipe
Si je vous partage cela, c’est pour vous inviter à ne jamais vous empêcher de créer un scénario sous prétexte que vous n’êtes pas certain de vouloir le vivre. Faites plutôt l’exercice proposé avec tous les futurs envisagés, même s’ils sont contradictoires en apparence. Vous découvrirez alors que des aspects de vous viendront vous aider à mieux définir vos idéaux, sans même que vous n’ayez à comprendre le processus. C’est un travail d’équipe qui fonctionne sans aucun effort. Il faut juste y investir notre énergie créatrice.

Tant de gens attendent de savoir avant d’avancer. Pour ceux et celles qui se questionnent sur la vie et leurs idéaux, je propose d’inverser les étapes et d’imaginer que toutes les réalités potentielles puissent d’abord exister simultanément. Par la suite, la vie se chargera d’amener les précisions souhaitées. Parce que nous sommes d’abord et avant tout des créateurs, il est plus important d’apprendre à orienter l’énergie créatrice en nous que de savoir ce que nous voulons précisément créer. La direction permet d’avancer, mais c’est le chemin emprunté qui nous permet vraiment d’évoluer. De toute façon une fois rendu à destination, un nouveau voyage commencera déjà à germer en nous.

Un cadeau
À travers ce message, que je vous présente comme un «cadeau de Pâques et de renaissance», je souhaite rappeler à tous que le but de la vie est de créer notre réalité à l’image de ce que nous sommes réellement. Il est vrai que le premier défi que nous rencontrons tous est d’apprendre à nous connaître (et nous reconnaître). Mais je perçois l’énergie créatrice comme étant porteuse d’éclairages pour faciliter notre avancée, car elle est «amour en mouvement». C’est le Verbe créateur de l’Univers manifesté sur Terre à travers nous. En faisant circuler consciemment cette énergie en nous, nous incorporons de plus en plus cette qualité d’amour qui nous représente.

Nous nous sommes incarnés pour découvrir qui nous sommes réellement et le manifester concrètement dans la matière. Le processus créateur est donc au cœur de la raison d’être de notre venue sur Terre. Il revient donc à nous de l’assumer.

Je suis heureux d’avoir pu partager avec vous ce volet très concret des éclairages qu’il m’est donné de comprendre et de recevoir. Recevez-les comme mon offrande à la vie en cette période de renaissance.

Merci d’être là.

Salutations à tous

Simon Leclerc
au service de la Grande Fraternité Humaine et Universelle

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *