Aimer ce qui est

Aimer ce qui est

J’allais dire « la seule solution », il n’y a pas de solution vraiment mais, si on en voulait une, ce serait celle-là.

Aimer ce qui Est, c’est l’accueil total dans cette infinie douceur, dans l’Amour. Pour moi, ce sont des synonymes.

À partir du moment où j’aime ce qui EST, il n’y a plus de résistance.

Il y a ce grand OUI à tout ce qui EST, tel que c’est.

Ça veut dire, même si je suis fatiguée, même si je me sens bouleversée, triste ou dans la joie peu importe, tout est bienvenu, même si j’ai mal dans mon corps.

Dire Oui à ce qui EST, c’est aimer ce qui EST, c’est la tranquillité absolue.

Ce n’est pas un « tout est parfait » conditionné d’un positivisme exagéré ou de dire

« tout va bien », au contraire c’est regarder la réalité telle qu’elle est et voir que, de toute façon la réalité du moment, elle est comme ça.

Aimer ce qui EST, ça fait partie de ÇA. C’est accueillir tout, tout, tout ce que la vie me présente.

Très souvent, lorsque je parle d’Aimer ce qui EST, je ne sais pas pourquoi, dans le cerveau, les gens pensent tout de suite « je dois être bien, je dois me sentir positive, dans l’amour, je dois voir ça autrement que ce que c’est… » Ce n’est pas ça ! Aimer ce qui est, c’est tel que c’est : Aimer ma fatigue lorsque je suis fatiguée, ne pas chercher à ce que ce soit autrement, au contraire, donner l’espace à cette fatigue qui est là, c’est tout ; donner l’espace à cette colère qui est là, c’est tout.

Prendre le temps d’être AVEC, c’est ça Aimer ce qui EST.

On n’est plus dans des trucs d’essayer d’être positif, d’être ci, d’être ça.

Ça, cela sous-entend qu’il y a une demande que soit autrement que ce que c’est. Il n’y a pas à ce que ce soit autrement que ce que c’est. Soyons réalistes et restons avec ce qui est là tel que c’est, au contraire.

Le soleil est là aujourd’hui, c’est extraordinaire ; il y a eu beaucoup de pluie les jours d’avant, c’est extraordinaire aussi. Il n’y a pas à trouver que la pluie c’est beau, si la pluie me dérange : je reste avec ce qui est là, dans la pluie qui vient toucher quelque chose en moi. Mais je peux aimer cet état là, aimer même cet état « aimer moins ça ».

J’aime ces directs sur Youtube, je trouve que c’est très vivant, très dynamique.

C’est ça, Aimer ce qui est, faire avec ce qui est là, on ne sait pas ce qu’il va se produire.

Aimer ce qui est, ce n’est pas être fataliste ni se résigner. C’est tout simplement parce que C’EST comme ça.

L’Amour est la seule chose qui existe véritablement. Tout le reste, c’est de la fabrication de ce qu’on croit être, de ce qu’on aimerait qui soit.

Je veux vraiment rester dans cet instant, avec vous, là.

Aimer ce qui est, c’est voir que la vie est en mouvement, voir qu’il y a ça qui se passe. Cette semaine, c’est une semaine où il y a plus d’agitation et d’évènements. Je ne suis pas obligée non plus d’y participer, de faire ou ne pas faire. Je peux rester tranquille avec ça, je peux aussi voir à chaque instant ce que cela me dévoile, et rester centrée ici, dans le Coeur.

Peut-être qu’on pourrait aujourd’hui faire une respiration au niveau du Coeur.

Je vous propose tout de suite de laisser le Coeur respirer…

Donc, on va prendre le temps ensemble de respirer à partir de cet organe, le Coeur, comme si notre Coeur était des poumons qui respiraient.

On prend le temps, comme ça ensemble pour la joie, de laisser l’Amour prendre de plus en plus d’espace.

On laisse Ça respirer…

Voilà… respirer, laisser le Coeur prendre sa place.

Respirer dans le Coeur et laisser TOUT cela respirer.

Je laisse mon Coeur respirer.

J’aime bien quand le Coeur respire comme ça, c’est comme un léger bercement qui est là, une infinie douceur qui nous prend, comme si on se prenait dans les bras, qu’on laissait le Coeur respirer et à la fois prendre son expansion.

Observez ce que ça fait quand le Coeur respire, quand celui-ci prend plus d’espace, quand il prend son ampleur, quand il se déploie et que, simultanément, il est possible de respirer avec ce qui est là, avec cet état de fatigue, avec la lourdeur, avec la douleur, avec la tristesse s’il y a de la tristesse, avec l’amour, avec la joie, avec Ce qui est.

Et je laisse Ce qui est être là.

En fait, la richesse de cet espace, de cet instant c’est justement de ne plus vouloir changer ce qui est là.

Je respire AVEC ce qui est là.

Imaginez cette douleur, où qu’elle soit dans votre corps, cette fatigue… qui respire. Hm… Et vous laissez cela respirer. Sentez le mouvement… Sentez l’espace que ça fait d’être tout simplement avec ce qui est là… d’Aimer ce qui est, tel que c’est, pas tel qu’on voudrait que ce soit : tel que c’est à l’instant.

À l’instant, ici (en Soi), juste Ici dans cette seule réalité qui soit. Ici…

Et tout le Coeur, tout le corps entier restent disponibles dans cet instant.

Ici-Maintenant, nulle part ailleurs… Ici…

Aimer ce qui est, c’est ça.

C’est, chaque instant, être avec ce qui est.

Cela semble un exercice où on porte une attention plus particulière. Vous allez dire « Au quotidien, je ne peux pas porter une attention particulière comme ça, à chaque instant. » Mais plus on pratique ça, plus ça devient un automatisme parce que la vie elle est comme ça ; en fait, c’est ça qu’il se passe. Les évènements continuent de se passer mais ce n’est plus un problème.

Quand on peut vraiment arriver à voir cette évidence, à revenir Ici-Maintenant, dans le Coeur, dans l’amour, dans cette seule réalité qui soit, à chaque instant AVEC tout ce qui est là – je le répète encore mais c’est tellement important – c’est une habitude à installer.

Je fais des consultations avec des gens ou dans des groupes, et je vois que les gens saisissent. Il y a vraiment ce moment où… c’est VU ! Je sens et je vois que c’est vu. Pourtant, il se peut que cinq ou dix minutes, cinq jours ou cinq mois plus tard, cette personne repose cette même question et qu’elle ait complètement oublié ce qui s’est passé cinq minutes ou cinq mois avant. L’humain est comme ça. On revient à ce qu’on connaît le mieux, on revient à nos habitudes. Voilà, c’est quelque chose à réinstaller.

C’est vrai que plus je le fais maintenant, plus je reviens ici (en Soi), plus je me réinstalle Ici, dans ce seul instant qui soit, plus ça devient apte au quotidien à faire ce que ça a à faire, et ça c’est juste merveilleux.

Aimer ce qui est, c’est la liberté.

C’est l’occasion d’être libre de tout ce qu’il peut se passer – qui semble se passer – à l’extérieur. Parce que rien ne se passe vraiment à l’extérieur, d’autre que de me permettre de ressentir ces textures qui sont en moi, pas dehors.

L’infinie douceur, pour moi, c’est vraiment le synonyme de l’Amour parce que quand je suis dans cette infinie douceur, c’est l’expression de l’Amour.

Restons dans cette infinie douceur envers nous-même, dans cette bienveillance d’Aimer ce qui est, tel que c’est. Ne pas vouloir juste être bien.

Aimer ce qui est dans ce grand TOUT INCLUS, qui inclut toute la palette d’émotions, de sensations qui peuvent exister.

Que l’Amour soit.

Extraits de la vidéo : Aimer ce qui EST

Transcrite avec Amour par Dominique Lahaut

https://www.ginetteforget.com

https://www.youtube.com/live/Zdy_G0gvAAY

(Visited 889 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.