L’attention qui se joue en nous

L’attention qui se joue en nous

Toute l’attention qui se joue en nous est la clé qui nous permettra de déverrouiller toutes les portes qui nous enferment sans cesse. Comme nous ne faisons plus attention à tout ce qui se passe en nous, nous délaissons tout ce qui est là pour nous aider et nous alerter de tous les phénomènes et mouvement qui altèrent sans cesse notre réalité. Comme tout altère finalement notre monde, nous ne savons plus vivre que dans cette altération puisqu’elle est devenue notre norme.

À force d’altération, notre vie, dénaturée de tout ce qu’elle est réellement, devient invivable. Cependant, nous ne savons plus comment faire pour arrêter ce mouvement infini d’altération. Notre manière de faire est devenue si habituelle et si automatique que nous ne faisons pratiquement plus attention aux processus qui se jouent en nous.

Nous laissons faire, mais ce faisant, nous ne pouvons plus laisser être puisque nous faisons tout sans conscience, sans présence et donc sans attention. Toute la problématique est dans cette absence d’attention, dans cette absence de présence et donc de conscience de ce qui se passe en nous.

Toute la richesse est en nous et comme nous ne faisons plus du tout attention à toute cette richesse, nous devenons pauvres de toutes les ressources infinies qui se donnent en notre for intérieur. Nous ne sommes riches que de ce qui se passe en toute conscience en nous et, quand nous sommes totalement inconscients de tout ce qui se passe en nous, nous n’avons plus les ressources nécessaires pour expérimenter une réalité d’abondance.

Toute l’attention qui se joue en nous permet de créer cette corne d’abondance, sans attention l’abondance tarie jusqu’à ne plus être. C’est là qu’apparait le « faire » quand plus rien ne coule de source, alors on est obligé de faire pour avoir puisque d’une certaine manière, nous ne sommes plus.

Être est la voie réelle de ce que nous sommes, mais quand nous ne sommes plus en phase, alors dans toute notre extériorité, nous expérimentons alors le manque qui se remplit seulement par l’action de faire, d’avoir, etc. À travers cette dichotomie du Soi, l’expérience du monde se transforme sans cesse à vouloir faire sans jamais plus pouvoir être puisque seul le pouvoir du « faire » existe…

Ceci est la base de notre réalité contemporaine. C’est exactement là où nous tous œuvrons en ce moment, parce que nous ne faisons plus attention à tout ce qui se joue en nous. Tout peut être inversé si nous comprenons ce processus d’extériorisation inconsciente qui nous perd toujours plus. C’est à nous de réapprendre à faire attention à ce qui se passe en nous, pour ré-inverser le mouvement de la corne d’abondance afin d’être de nouveau riches de tout ce que nous sommes.

Cette richesse est toute différente de ce que nous imaginons, mais comme nous percevons de manière inversée, nous ne la comprenons plus. Il est important de comprendre que cette richesse est un attribut naturel, légitime de l’être. Mais comme être n’est plus accessible puisque nous faisons sans cesse ce qui nous en éloigne, alors toute cette richesse en nous s’évapore, disparait et donc elle n’est plus du tout utilisable.

Il est simple pourtant de tout remettre à l’endroit afin de retendre dans un mouvement naturel de l’être, mais pour cela, nous devons tout déposer, toutes nos croyances, toutes nos attentes, tous nos désirs dans le but de se laisser aider par l’être de notre être. Tant que nous sommes remplis à ras bord de tout cela, il n’y a plus de place pour que l’être de notre être puisse s’exprimer en nous.

Nous ne nous rendons pas compte, qu’il s’exprime sans cesse à travers tout ce que nous ressentons. Ceci est la première porte à ouvrir afin de pouvoir apprendre peu à peu à s’ouvrir à lui. Toute l’attention qui se joue en nous est la clé qui nous permettra de déverrouiller toutes les portes qui nous enferment sans cesse. Comme nous ne faisons plus attention à tout ce qui se passe en nous, nous délaissons tout ce qui est là pour nous aider, pour nous apprendre tout ce que nous avons oublié.

Notre corps est le garant de toutes nos mémoires ancestrales. Tout est enregistré dans son code source, soit son ADN. Nos expériences sont des déclencheurs de mémoires, mais comme nous nous sommes fermés à l’expérience réelle de notre vie, tout ce savoir est perdu, car non accessible à notre conscience.

Il n’y a rien d’autre à faire, que d’apprendre à ne plus faire, pour se laisser être et accueillir l’expérience comme on accueille un maitre qui élève peu à peu son élève. L’être de notre être, à travers le corps et dans l’espace vide que nous avons mis en place, peut alors nous révéler tout ce que nous avons à apprendre de Soi. Tout est là en soi, mais ce tout ne sera accessible seulement quand nous aurons fait tout le ménage en nous.

https://oeuvre-spirale.com

(Visited 889 times, 1 visits today)