Les humains ne sont pas les seuls qui comptent

Les humains ne sont pas les seuls qui comptent

Parfois, je pense que les abeilles, les vers et les araignées sont bien plus utiles à la santé de cette biosphère planétaire que l’humanité. Les humains ont conquis la nature. Nous l’avons fait. Nous l’avons bel et bien conquise.

Maintenant que nous avons coupé à blanc, exploité et exploré chaque centimètre carré de la Sibérie à l’Antartique, que nous avons jeté des bouteilles de Coca-Cola et des sacs en plastique à usage unique au fond de l’océan et que nous avons créé des déchets radioactifs qui s’infiltreront dans le sol pendant des milliers d’années, ….., une nouvelle opportunité s’offre à nous.

Nous pouvons évoluer vers une communication avec l’être sensible qu’est la Terre.

Nous devons passer du statut de « propriétaire » de la terre à celui d’être UN avec la terre. Nous devons au moins devenir aussi utiles que les vers !

Je ressens la conscience de mon âme intérieure comme libre et éternelle. C’est merveilleux. La multidimensionnalité a été ma grâce salvatrice, sinon je ne pourrais pas supporter de vivre dans ce monde toxique.

Mais après avoir voyagé vers des vibrations étonnamment élevées et des dimensions très haut placées où tout n’est que géométrie sacrée et son, je redescends. Je regarde autour de moi cette magnifique planète verte, et je comprends que nous sommes en train d’ascensionner pour DESCENDRE.

Je comprends que le noyau de Gaia, notre Terre, est en fait l’endroit le plus élevé où nous pouvons aller. Son noyau est un réseau cristallin pulsant de magie de la création.

Le but de notre éveil et de notre évolution spirituelle ne peut pas être simplement d’avoir des unions sacrées, d’atteindre l’abondance grâce à notre but d’âme, de créer des communautés humaines ou de donner naissance à des enfants extraordinaires.

Ces buts sont merveilleux, mais ils ne peuvent pas être le seul but, car à ce stade, nous ne sommes pas encore aussi utiles que des vers.

De nouveaux enfants humains pourraient naître ici en tant qu’êtres de lumière divins et cet environnement toxique les brisera.

Je perçois donc cet éveil comme étant une évolution vers une conscience planétaire.

Je ressens souvent que je SUIS la terre d’Eiru. Mes os sont ses pierres, mes cheveux sont sa bruyère, mon sang est l’écume de mer qui éclabousse la côte de Skellig Michael. La poussière d’étoiles de ses pierres est une poussière d’étoiles dont je me souviens de Tara, il y a longtemps.

J’ai le sentiment de faire partie de la tapisserie de la terre. Je sens que c’est vrai pour nous tous, où que nous soyons. Nous sommes UN avec elle. En fait, nous sommes tout simplement elle. Notre sang est ses rivières. Nos os sont ses coquilles. Notre cœur est son cœur.

Les rivières vont guérir au moment où nous ferons cette connexion.

Je me suis mis nu dans le jardin l’autre jour. Je pouvais sentir la vibration entière changer, comme lorsque j’ai dit « je t’aime » aux ancêtres sur les pierres. Je me suis mise nue dans le jardin, et les plantes et les oiseaux ont adoré !

C’est comme s’ils acclamaient « oui, oui, oui ! ». Tu es pure, ton corps est une baguette de sourcier, tu nous entends ? Est-ce que tu nous sens ? Te souviens-tu de qui tu es vraiment maintenant ? »

Les animaux se souviennent du jardin d’Eden mieux que nous !

Une fois que nous nous serons connectés à cette biosphère planétaire et que nous la connaîtrons comme notre propre moi, nous pourrons commencer la grande restauration de notre foyer planétaire.

Mais nous devons d’abord nous rappeler notre place. Nous devons nous préoccuper de la vie non-humaine comme si elle était aussi importante que la vie humaine. Parce que franchement, nous ne sommes pas une espèce utile en ce qui concerne la santé de ce magnifique endroit vert.

Et il ne s’agit pas de souffrir et de ressentir toute la douleur de Gaia dans notre corps jusqu’à ce que notre système nerveux soit détruit, parce que c’est encore de l’ego que de se sentir responsable et de croire que nous savons ce qui est le mieux pour la Terre au lieu de s’abandonner à la sagesse de la nature.

Cette illusion de séparation d’avec elle est brutale à vivre. Au lieu d’écouter la sagesse des femmes indigènes et des « sorcières », l’humanité les a brûlées à la surface de la terre, et les hommes ont TOUJOURS peur des femmes sauvages.

Ils pensent qu’elles vont leur jeter un sort, au lieu de faire ce qu’elles sont réellement capables de faire, à savoir guérir l’eau et la terre.

Nous devons écouter les arbres, les abeilles, l’eau. Ooh, et les dragons. Parce qu’ils en savent plus.

Ils nous apprendront. Ensuite nous pourrons faire la magie de la terre et la guérison dont nous sommes capables. Mais ça ne ressemblera pas à un combat, ça ressemblera à la plus douce des capitulations.

Avoir le courage de s’abandonner à la puissance de la nature et de ne faire qu’un avec elle est la voie de la puissance douce des cœurs de lion.

Nous pouvons alors ne faire qu’un avec cette incroyable planète au lieu de la conquérir, de la dompter et de croire que nous savons ce dont sa magnifique nature sauvage, source de vie, a vraiment besoin.

Jennifer O Conghalaigh

https://www.etresouverain.com

(Visited 990 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.