Le mythe de la vie éternelle ou le désir d’être un Highlander

Le mythe de la vie éternelle ou le désir d’être un Highlander

L’immortalité et la quête de longévité sont des préoccupations qui ont accompagné l’humanité à différentes périodes de l’histoire. Mais existent-elles encore aujourd’hui ?

Le vieillissement est un processus naturel qui peut être défini comme l’ensemble des changements qui se produisent dans les systèmes biologiques des êtres vivants en conséquence du passage du temps. C’est une question qui a beaucoup préoccupé les êtres humains, qui se sont concentrés sur la quête de la vie éternelle au fil des ans.

La manifestation de changements morphologiques et fonctionnels, tant physiologiques, biochimiques que psychologiques, va dans le sens de la détérioration et permet d’identifier le vieillissement chez l’être humain.

Aujourd’hui, les personnes âgées vivent plus longtemps, mais pour beaucoup d’entre elles, le prix à payer pour continuer à exister est la maladie, le handicap et, par conséquent, la dépendance vis-à-vis de leur environnement…

Dans ce qui suit, nous analysons l’évolution du processus de vieillissement depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui.

La recherche de la vie éternelle

À différentes périodes de l’histoire, nous pouvons constater que les êtres humains ont deux préoccupations sous-jacentes : d’une part, l’immortalité ou la vie éternelle, et d’autre part, la quête de longévité.

Ce n’est pas en vain que les différentes religions, depuis le polythéisme gréco-romain dont le principal attribut est l’immortalité de ses dieux jusqu’à la religion catholique elle-même, offrent à l’homme la possibilité d’atteindre la vie éternelle en se conformant strictement aux commandements, tandis que dans d’autres domaines, comme l’alchimie et la magie, on cherche avec acharnement la source de la vie ou à créer l’élixir de jouvence.

Ces mythes de la jeunesse perpétuelle sont préservés dans les sociétés d’aujourd’hui. Certains vestiges sont visibles dans l’utilisation de crèmes publicitaires (anti-âge), la consommation de vitamine C, les régimes spéciaux, les programmes d’exercices physiques intensifs, les chirurgies cosmétiques et les traitements thermiques, entre autres. Ils font tous partie des méthodes proposées pour améliorer la vitalité et la longévité.

Dans la Grèce antique, c’est Gallien lui-même qui a différencié les Gérontes des Presbytas, identifiant ces derniers au stade de la décrépitude. C’est en Grèce que la reconnaissance sociale des personnes âgées a eu lieu, que les premières prescriptions pour leur prise en charge ont été établies et que les méthodes capables de prévenir la détérioration causée par le vieillissement ont été créées.

Ainsi, le début de la vieillesse était déterminé à l’âge de 50 ans, un âge impensable de nos jours, et la vieillesse était associée à la classe dirigeante ou privilégiée. Il s’ensuit que les classes inférieures (comme les esclaves) étaient gravement désavantagées en termes d’hygiène, de maladie et de nutrition, des ingrédients qui ne garantissent pas la possibilité d’une longue vie.

Au Moyen Âge, saint Augustin décrivait la vieillesse comme un âge de stabilité des émotions, tandis que saint Thomas d’Aquin s’inscrivait dans la tradition aristotélicienne, assumant l’idée de la vieillesse comme un stade de décadence.

Ces tendances et d’autres provenant de la pensée grecque et romaine sont également héritées par la Renaissance, la culture baroque, le siècle des Lumières et finalement transmises à la pensée du XIXe siècle et de là à nos jours.

L’étude scientifique de la vieillesse dans ses aspects psychologiques a fait son apparition au XIXe siècle, intégrant le vieillissement comme partie intégrante de la psychologie du développement.

La psychologie de la vieillesse a été fondée après la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les connaissances ont commencé à être appliquées pour résoudre les problèmes des personnes âgées et que des instituts pour leur institutionnalisation ont été créés. En outre, les capacités intellectuelles telles que la mémoire et l’apprentissage, le processus d’adaptation à la vieillesse et sa relation avec le niveau d’activité et la satisfaction de la vie ont commencé à être explorés.

Quelques conceptions de la vieillesse

Les civilisations anciennes, comme l’Inde et la Chine, ont consacré une grande attention à la question de la longévité, tout comme les Grecs et les Romains plus tard.

En Orient, être vieux est un prestige, alors que, par exemple, les cultures esquimaudes soumettent les personnes âgées invalides à l’ostracisme, à la solitude et à la mort. D’autre part, les femmes comanches qui sont entrées dans la période de ménopause ont accès à tout ce qui leur était interdit en tant que femmes procréatrices. Elles deviennent semblables aux chamans qui acquièrent leur pouvoir par le biais des rêves.

Le processus de vieillissement est construit de manière ambiguë : d’une part, le vieux est une source de respect et d’appréciation, et d’autre part, c’est un facteur de marginalisation, exprimé par le rejet. Dans de nombreuses sociétés et tribus, on peut observer ce genre d’attitude.

Chez les Dinka du Sud-Soudan, les anciens notables qui ont joué un rôle important dans la société sont enterrés vivants dans le cadre de nombreux rituels. Chez les Shilluks du Nil Blanc, les chefs les plus âgés sont tués au premier signe de faiblesse. Les Koryak du nord de la Sibérie, lors de complexes cérémoniels, tuent les vieillards en présence de tout le village. Les Chukchee, en revanche, les étranglent avec un anneau au milieu d’une grande fête où l’on boit, chante et danse au son des tambours.

Dans une situation intermédiaire se trouvent les sociétés tribales, où les anciens jouissent de l’autorité et du prestige et pratiquent la magie publique au profit de la communauté. Ce pouvoir fait de l’aîné un fonctionnaire important qui capitalise sur les affaires publiques.

Dans les civilisations classiques telles que la Grèce et Rome, le géronte avait une fonction publique et avait seul accès aux hautes magistratures : le Conseil des Anciens à Sparte, le Conseil à Athènes et le Sénat à Rome.

Attentes de la vie ?

Aujourd’hui, nous sommes loin des anciennes conceptions du privilège d’être vieux et de vénérer l’excellence de sa sagesse. Il existe une multiplicité de facteurs (conditions de vie, alimentation, types de travail, hygiène) qui influencent la détérioration organique de l’être humain.

Malgré tous ces facteurs défavorables à la longévité, l’histoire de l’humanité a été marquée par le souci de la finitude ou, plus précisément, de l’atteinte de l’immortalité, cette vie éternelle tant rêvée.

Être éternellement jeune a été un leitmotiv poursuivi par l’humanité, et le mythe de la fontaine de l’éternelle jeunesse en est un bon exemple. L’alchimie et la magie étaient des arts qui tentaient de trouver les secrets à travers des incantations et des rituels, des formules qui combinaient les éléments les plus exotiques afin d’atteindre la longévité éternelle. Mais il s’agit plutôt d’une jeunesse éternelle, sans maux ni souffrances d’invalidité.

Les récits bibliques indiquent qu’à une époque lointaine, supposée sans guerre et sans maladie, des longévités telles que les 930 ans d’Adam, les 969 ans de Mathusalem ou les 950 ans de Noé ont été conçues.

Dans tout l’Empire romain, l’espérance de vie se situait autour de 25 ans, tandis qu’au cours des siècles médiévaux, en raison d’une mauvaise hygiène et d’une vie rude en proie à la guerre, les gens vieillissaient jusqu’à 30 ans. Au XIXe siècle, les femmes étaient considérées comme vieilles dès l’âge de 30 ans, et au début du XXe siècle, l’espérance de vie était en moyenne de 47 ans.

Au cours de ce siècle, l’espérance de vie a augmenté progressivement. Par exemple, en 1930, l’espérance de vie moyenne des hommes ne dépassait pas 60 ans, en 1940, elle était de 63 ans et en 1970, elle était de plus de 70 ans. Aujourd’hui, l’espérance de vie dans le monde varie de 51,4 ans (pays africains) à près de 90 ans (pays européens – avec l’Espagne en tête –, pays d’Amérique du Nord et pays asiatiques comme le Japon).

Au-delà du contexte, d’un point de vue biologique, au cours du processus de vieillissement, des changements progressifs se produisent dans les cellules, les tissus, les organes et dans l’organisme dans son ensemble. C’est une loi de la nature que tous les êtres vivants changent au fil du temps, tant dans leur structure que dans leur fonction.

Le vieillissement commence à la conception et se termine à la mort, c’est-à-dire qu’on vieillit dès la naissance. À partir du milieu de la vie, pour ainsi dire, la détérioration musculo-squelettique, cardiovasculaire, endocrinologique, cérébrale progresse à un rythme accéléré.

Cependant, la vieillesse est un état de sagesse maximale : la sagesse de l’expérience. Cela suggère une vieillesse active, créative, combative, aimant la vie. Ceux qui stagnent ont vieilli, c’est-à-dire qu’ils vieillissent parce qu’ils laissent le temps passer sans utiliser ce temps de la manière la plus productive.

De nombreuses personnes âgées se prosternent en attendant la mort sans raison, uniquement parce qu’elles comprennent que la vieillesse est synonyme de mort. C’est une mauvaise image qui corrompt le sentiment positif d’avoir atteint ce point sur le chemin de la vie. Mais aujourd’hui, je vous l’assure : il y a une nouvelle vieillesse !

https://nospensees.fr/le-mythe-de-la-vie-eternelle-ou-le-desir-detre-un-highlander/

(Visited 887 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.